Candidature au poste d’influenceur chez TransCanada

À : TransCanada

De : Étienne Savignac
Rue de Bordeaux
Montréal, Québec
H2E 3M4
etienne.savignac@gmail.com

Objet : candidature au poste d’influenceur chez Transcanada

Cher Trans,

Dans le cadre de votre campagne de recrutement d’influenceurs pétroliers bitumineux en vue de renverser l’opinion publique à propos de l’implantation de votre pipeline de 12 milliards, vous trouverez ci-dessous ma candidature à ce poste.

Influenceur avec de nombreuses années d’expérience, spécialisé en détournement d’opinion, mes compétences en tant qu’influenceur et mes expertises en pratique de mauvaise foi m’ont fait rencontrer de nombreux succès, parmi lesquels par exemple la reprise de la réflexion sur la légitimité de l’avortement au fédéral, ou encore l’association grève étudiante et violence au niveau provincial, pour ne citer que ceux-là.

Lu chaque semaine sur le Huffington Post Québec par plus de 1 150 000 crétins endormis et malléables (malheureusement le document qui l’atteste est confidentiel, mais c’est vraiment ça les chiffres, il faut me croire), j’interviens également dans de nombreux grands médias sous différents pseudonymes dont les noms doivent rester secrets, vous le comprendrez bien.

Mon absence d’esprit d’équipe, ma morale élastique, mes excellentes capacités à aller vers mes intérêts personnels plutôt que ceux de la collectivité m’ont également amené à soutenir le Parti libéral du Québec lors de la dernière élection contre rémunération confortable et non déclarée.

Naturellement, je serais amené à penser que le transport du pétrole des sables bitumineux par pipeline à travers le pays représente un danger aberrant pour l’environnement, mais l’amélioration de mon confort personnel qui sera la conséquence de votre excellente rémunération de 4,50$ me fera vite oublier tout ça.

Je souhaite donc aujourd’hui mettre à profit mon mépris de la plèbe et mon absence totale de moralité au profit de votre remarquable entreprise.

Je vous prie d’agréer, Trans, l’expression de mon sincère engagement à enfoncer dans le cul de tous votre immonde, sinistre, mais rentable projet.

Étienne Savignac, Influenceur senior

Advertisements

#patteblanche, ou le défilé des vertueux

L’époque est à la dissociation, c’est dans l’air du temps. Et si l’époque est à la dissociation, c’est parce qu’elle est à la suspicion. Pour se prévaloir du soupçon latent et pour s’angéliser aux yeux d’autrui, il s’agit donc avant tout de rassurer et de montrer patte blanche. On navigue ainsi dans ces eaux un peu troubles, loin de nos principes de justice qui faisaient jusqu’à présent de nous des innocents, jusqu’à preuve du contraire.

Il existe plusieurs techniques de dissociation. Une de mes préférées est celle de l’anticipation, très efficace. Prenez par exemple un couple de chroniqueurs oeuvrant dans un quotidien montréalais à grand tirage. Leur technique est la suivante: tenir à répétition des propos flirtant avec la xénophobie et/ou l’islamophobie, et finir chaque publication ou presque par : « évidemment les bien-pensants vont me traiter de xénophobe et/ou d’slamophobe, dans 3… 2… 1… ». Comme si cette simple anticipation suffisait à s’immuniser, à se dissocier de propos pourtant inacceptables, dégueulasses, et consciemment prononcés. Quoi qu’il en soit, la méthode fonctionne puisqu’elle est même reprise par certaines et certains de leurs collègues.

Si le #dans123 (chaque dissociation mérite son hashtag), si le #dans123 disais-je, place à distance les médiocres de leurs propres insanités, ils ne semblent pas s’en contenter et exigent, à leur tour, que d’autres se dissocient. Mais pas n’importe qui, bien entendu.

Ainsi, suite aux appels au djihad lancés par l’État Islamique depuis quelques mois et suite aux récents événements à St-Jean-Sur-Richelieu et à Ottawa, des voix se sont élevées pour que les Musulmans de partout, s’ils souhaitent être considérés comme fréquentables par nous [sic], dénoncent haut et clair la violence, l’islamisme, le terrorisme, la charria, la burqa, le tralala. Les cons ne se contentent donc plus de se dissocier avec lâcheté de leurs propres réflexions nauséabondes, ils exigent qu’une communauté toute entière, qui n’a rien demandé à personne, rassure son voisin en signifiant qu’elle ne fera pas sauter le quartier.

Une dissociation qui est ici contrainte, inspirée de triste mémoire par le bushisme débile « Ceux qui ne sont pas avec nous sont contre nous » doublé du très faible « Qui ne dit mot consent », et qui a donné naissance au mouvement #notinmyname, hashtagué pour l’occasion.

La dissociation est tellement dans l’air du temps qu’il faut désormais se dissocier de tout, même de Jian Ghomeshi, et encore une fois montrer patte blanche. S’identifier comme un homme parfaitement inoffensif, en espérant qu’il en reste. Ainsi, dans un autre curieux défilé des vertueux, Patrick Lagacé et David Desjardins, dans leurs journaux respectifs, sont venus nous rappeler combien ils étaient des bons gars. L’un en revenant sur les horreurs de l’agression sexuelle et sur ses conséquences, l’autre à travers un ami imaginaire (Tony) aussi grotesque qu’improbable, mas tous les deux dans un #heforshe, un #notinmyname de plus, une espèce d’excuse au monde pour les culs sifflés par d’autres, suivie d’une mise en garde bien sentie sur le respect qui est évidemment dû aux femmes. Rien en tout cas pour nuire au lectorat, bien au contraire.

On me dira qu’on ne fait jamais assez d’éducation en la matière, et je vous répondrai, penaud, que vous avez bien raison, tout en cherchant comment vous convaincre que je suis un bon gars, moi aussi, je vous le jure, malgré des dissociations pas toujours évidentes quand j’omets parfois d’embrasser la vertu et de me distinguer du pire, alors que ça soignerait tellement mon capital sympathie.

Bien des horreurs se produisent dans le monde, ma petite dame, mon bon monsieur, et elles ont lieu sans mon consentement. Sachez que si les choses étaient faites #inmyname, tout un chacun irait en sécurité, on ne travaillerait jamais les lendemains de jours de repos, du Mercurey coulerait au robinet, et Richard Martineau livrerait le journal plutôt que de l’écrire.