Question à Richard Martineau

Richard Martineau,

Chacun sait que la caricature dans les médias a joué un rôle déterminant dans la propagande anti-juive durant les années qui ont précédé la Shoah, et l’homme cultivé que vous êtes ne peut l’ignorer.

Fort de cette connaissance-là, comment assumez-vous, en contribuant de façon active à la stigmatisation d’une partie de notre population – les Musulmans – que des agressions, physiques ou verbales, peuvent être commises par des gens dont la haine aura été attisée, entre autres, par vos activités?

Fort de cette connaissance-là, comment justifiez-vous le risque que vous prenez dans votre contribution à la création de cet ennemi commun?

Jew Caricature 1 martineau-burqa

Advertisements

Pause

Pas de bavardage, pas de referendum, là, ça urge, ça nous prend un pays. Je propose qu’on fasse ça fin novembre, au plus tard début décembre. Si on attend que le lys et les étoiles soient parfaitement alignées, on n’y arrivera jamais, alors prêts, pas prêts, faut y aller. C’est sûr qu’au début ça va être un peu broche à foin, mais on va s’arranger.

Même si les passeports sont pas finis d’imprimer pour Noël et que l’hymne sonne un peu la cacane de Natashquan, pas grave, on verra ça après les fêtes, de toute façon y’a rien à foutre en janvier. On se gossera une monnaie vite fait, au pire on commencera avec de l’argent Quebec Pneus.

L’autre affaire que ça va nous prendre, c’est une équipe nationale de quelque chose. Et non, pas de hockey; si on avait de la misère avec les Russes ou les Suisses, j’aurais dit oui, mais là ça nous prend un sport pour apprendre à jouer ensemble, vraiment. Allons pour le soccer. Pour la prochaine coupe du monde c’est trop tard, à moins qu’on demande une dérogation, à vérifier.

Il reste à peine trente secondes dans le temps réglementaire, Tremblay-Gagnon déborde sur l’aile gauche et déjoue le défenseur brésilien; au bout de son effort, alors que Rio et le monde retiennent leur souffle, le petit gars de Repentigny adresse un centre parfait devant le but vert et jaune et c’est Ben Youssef, la perle de Saint-Roch, qui se jette et inscrit le but victorieux pour le Québec! Goooaaaaaalllllllllllllll!!!!!!!

D’Inukjuak à Fermont, de Mont-Laurier à Matane, le Québec tout entier, ivre de joie, s’étourdit dans une nuit bleue inédite. Ben Youssef! Ben Youssef! Ben Youssef, ostie!

Un pays, même un petit pays, juste pour arrêter de s’haïr. Un pays, ne serait-ce que le temps d’un soir. Un pays, pour un soir de temps en temps, n’avoir qu’un seul but, un seul ballon. Un petit pays juste pour ça, pour arrêter ce soir de tirer dans les coins. Un pays, un petit pays, pour arrêter d’être de Montréal ou de Québec. Un pays, juste pour quelques heures, pour arrêter d’être pour ou contre, pour arrêter, le temps d’un petit temps, d’être en tabarnak, tout le temps.