L’idiot du village

Autrefois, chaque village avait le sien. C’était le fragile, le trop simple, l’égaré. On n’en parlait pas ouvertement, ou alors quand le vin avait coulé, mais dans les foyers chacun savait que c’était un châtiment que Dieu avait infligé à sa famille, pour des péchés dont on ignorait tout, mais qui devaient être terribles.

Cependant, on respectait l’idiot du village, et on se gardait bien d’en rire. Soit parce qu’il était imprévisible, agressif, et qu’il pouvait déployer une force hors du commun, soit par crainte des vengeances du destin. Trop rarement, on se prenait de tendresse pour lui.

Pourtant il faisait partie intégrante de la communauté, et l’idée ne serait venue à personne qu’il en soit extrait, de quelque façon que ce soit. D’une part parce qu’on pouvait lui confier les tâches les plus ingrates et les plus répétitives, mais surtout parce qu’on pouvait l’accuser de tous les méfaits commis dans le village. Puisqu’il était souvent exempt de parole et de défenses, on accablait l’inconscient, et on sauvait l’honneur des familles respectables. Parfois, on considérait qu’il portait chance, et on se le disputait alors pour s’assurer la victoire dans toutes sortes de rivalités.

Dans le village des nains de Blanche Neige, c’était Simplet. Il avait les yeux bleus de la naïveté éternelle, les manches trop longues pour lui ôter toute habileté, et c’était toujours lui qu’on envoyait en reconnaissance. Dans les hameaux de Provence, l’idiot du village, c’était le fada, celui dont on disait qu’il était possédé par les fées. Inoffensif, on le représentait avec de grands yeux illuminés, et il était particulièrement émerveillé par la beauté de la nativité, par le miracle de Jésus. Il levait souvent les bras vers le ciel, s’extasiait de tout et de rien, et ne rayonnait que par la grandeur de sa naïveté. Enfin, dans la légende de Saint-Élie-de-Caxton, le génial Fred Pellerin vient au secours du pauvre Babine que la nature avait contraint de servir tous ses paroissiens, desquels il fut aussi le bouc émissaire. Sans parole et sans malice, il lui fut presque toujours impossible de se défendre. Malgré son humour magnifique, le conteur masque mal la tragédie, et celui qui avait creusé avec application toutes les tombes de tous les morts de son village, mourut dans la plus austère indifférence.

Il est un endroit du Québec où les choses se sont passées un peu différemment. Dans cette commune plus au nord, l’idiot du village n’appartient pas à la légende, il nous est, au contraire, bien contemporain. Il a dans ses yeux bleus l’innocence de Simplet, il a dans le cœur, comme les fadas de Provence, une dévotion délirante pour le Christ, mais il n’a pas, hélas, le mutisme salutaire de Babine.

Rien ne serait cependant remarquable si ce fragile, ce trop simple, cet égaré, n’était aussi le principal administrateur du village dont il n’aurait dû être que l’idiot. Le malheureux, assis sur le trône de la septième plus grande ville de la province, enchaîne au mieux de ses capacités, âneries et non-sens, jugements hâtifs et précaires. Tantôt évoquant les ouvriers de sa région qui travaillent « comme des nègres », tantôt appelant à la mobilisation « contre Greenpeace et contre les intellectuels de ce monde », ou plus récemment en associant le nudisme à la prostitution et à la pédophilie.

On pourrait égrener encore longtemps le chapelet des ignorances du misérable, mais ce serait vain, inutilement brutal, et finalement indigne. À l’image des habitants des villages d’antan, qui avaient de la sollicitude pour leurs possédés, soyons donc bienveillants.

S’il est vrai que chaque village possédait son idiot, nul doute qu’à Saguenay comme ailleurs il y avait hommes ou femmes d’assez d’esprit et d’instruction pour administrer leurs semblables. Mais hélas ils sont partis en affaires. Hélas elles sont parties actionnaires. Voilà pourquoi on retrouve désormais sur le trône de nos villages, les Simplet, les fadas, les Babine; les attendrissants idiots d’autrefois.

Des blogueuses et des blogueurs du Québec à l’unisson pour Raif Badawi

Vous connaissez la situation insupportable du blogueur Raif Badawi, emprisonné en Arabie Saoudite depuis le 17 juin 2012 pour 10 ans, et condamné à 1000 coups de fouet pour avoir voulu s’exprimer librement.

Nous connaissons la volatilité de l’information, alors, afin que la situation de Raif ne tombe pas rapidement dans l’oubli, des blogueuses et des blogueurs ont décidé de manifester leur soutien en inscrivant en guise de premiers mots de chacun de leurs blogues, cette simple phrase :

On ne me fouettera jamais pour avoir écrit ce texte. Raif Badawi, lui, a été condamné à 1000 coups de fouet et 10 ans prison pour avoir blogué.

L’objectif est ambitieux, mais le bruit qu’il générera peut faire la différence: il faut qu’à compter d’aujourd’hui, un maximum de blogues diffusés au Québec, quel que soit leur sujet, commencent par cette phrase.

Au nombre de textes qui se publient chaque jour, au nombre de partages effectués sur les médias sociaux, imaginez la force que ces blogues peuvent avoir ensemble!

La famille de Raif est parmi nous, à Sherbrooke. Les blogueuses et blogueurs du Québec veulent leur envoyer le signal fort du soutien de toute la communauté.

 

Pascal Henrard & Étienne Savignac,
blogueurs au Huffington Post Québec

La laïcité, la gauche, et ma soeur

Jadis, sensible aux valeurs humanistes de progrès, de fraternité, de solidarité, de partage, et d’égalité, je votais pour le Parti Québécois. En dépit de notre bonne éducation, ma soeur, qui mouillait sous un beau militaire catholique près d’Hérouxville, favorisait plutôt les valeurs traditionnelles fondées sur l’ordre et le mérite, le libéralisme économique et le chacun pour sa gueule. Elle votait libéral et n’écoutait, ni mon père, ni Paul Piché. C’était simple, on se détestait et on se méprisait tranquillement en attendant de nous disputer l’héritage au dessus du cadavre encore tiède de nos parents bientôt morts de découragement. Bref, j’étais de gauche, elle était de droite, et notre famille dysfonctionnait harmonieusement ainsi.

Puis vint la charte sur la laïcité.

Heureux comme un pape, je m’empressai alors de fouiller dans mes origines de gauche pour y trouver les fondements et les vertus d’une séparation radicale des églises et des états, garantissant la souveraineté citoyenne et préservant mon humanité de l’aliénation trop longtemps imposée par les soutanes lubriques de tous poils. Le père m’avait enseigné que pendre le dernier des curés avec les tripes du dernier des patrons était le plus beau des projets, je ne pouvais donc que me réjouir. Du moins je m’y apprêtais, quand je réalisai que dans cette charte à priori libératrice, les valeurs de partage, de fraternité et d’égalité avaient été jetées un peu vite avec l’enfant Jésus et l’eau bénite de son bain. Dieu me pardonne, mais j’étais un peu fourré.

Fourré d’autant plus quand ma conne et libérale de soeur me téléphona un matin, pliée en deux, pour me dire:
– Hey bravo mon beau bobo de frère, tes amis sortent une charte qui rejette et qui exclut, c’est pas très de gauche ça!

À mon inculte grenouille de bénitier je répondis, énervé:
– Épicure, les Lumières, Voltaire, Marx, la laïcité c’est à nous, ça n’exclut pas, c’est progressiste, ça libère, ta yeule.

– Ça libère des emplois, effectivement! Des emplois occupés par des femmes immigrantes, fauchées en pleine émancipation, qui seront contraintes de rentrer à la maison sous le joug tyrannique de leurs maris dominants!

Évidemment l’illuminée qui me servait de soeur n’était pas tout d’un coup devenue intelligente, elle ne faisait que suivre les lignes d’un parti opposé à la charte non pas par grandeur mais par opportunisme, mais je devais admettre qu’elle avait raison. Si la laïcité s’inscrit dans une mouvement progressiste et libérateur, celle de la charte renferme le terrible paradoxe de l’exclusion, ce qui est difficilement acceptable quand on porte fièrement, comme moi, à gauche.

Le projet de laïcité du Parti Québécois n’a rien à voir avec la tradition républicaine à l’européenne d’une saine séparation du profane et du sacré dans les affaires publiques, il n’est que le fruit d’une volonté de resserrer les rangs souverainistes par trop désorganisés. Pour ce faire, il n’hésite pas à agiter l’épouvantail du péril islamique fantasmé, s’appuyant sur une xenophobiguïté des plus habiles, quitte à abandonner ses valeurs progressistes fondatrices, transgression de tous ses principes d’ailleurs confirmée avec l’intégration dans ses rangs d’un chantre du néolibéralisme décomplexé.

Me voilà donc, pour la première fois de ma vie, avec la même position que mon espèce de soeur et son cul béni de mari. Eux, ce n’est que par simple opportunisme politique, parce que croyez-moi que ça tripe pas fort sur le foulard et le tajine. Les amis de la charte comme Mathieu Bock-Côté surfent d’ailleurs sur cette ambiguité en pointant du doigt une improbable complicité entre les libéraux et les gens de Québec Solidaire, que tout sépare pourtant. Une manipulation de plus pour décrédibiliser le vote souverainiste de gauche qui s’est naturellement déplacé vers Françoise David.

La laïcité est un principe fort de la gauche historique, celui que m’a enseigné mon père. Mais la tolérance en est un autre que je me refuserai toujours d’abandonner. Avec la charte sur la laïcité, le Parti Québécois a rompu avec ses principes fondateurs, et à force de malhonnêteté intellectuelle et en entretenant à merveille une xenophobiguïté odorante, il a créé une confusion dont il espère profiter. La gauche de coeur ne peut plus se reconnaître dans ses rangs, pas plus qu’elle ne sera à sa place chez les libéraux de ma boutonneuse de soeur. Québec Solidaire devient alors plus qu’un choix possible, c’est une simple évidence.

..

Oui à PKP ? Non Monsieur Lévy-Beaulieu, pas moi !

Les souverainistes à tout prix sont tout énervés depuis l’annonce de la candidature de Pierre-Karl Péladeau. Énervés et excités au point d’en perdre le nord, et surtout leur jugement.

Le 14 mars, Victor Levy-Beaulieu invitait sur sa page Facebook les internautes à co-signer avec lui une lettre de soutien enthousiaste à l’arrivée de PKP au PQ.

J’ai décliné poliment l’invitation, comme ceci:

2014-03-17 16:45:50 -04001

 

 

 

Pourtant, quelle ne fut pas ma surprise ce matin de lire dans le Journal de Montréal mon nom dans la liste des personnes qui soutiennent son vibrant plaidoyer:

2014-03-17 16:46:53 -04001

 

 

 

 

 

 

 

Erreur ou non, c’est quand même mon nom qui se retrouve là! Et au delà de mon nom, ça illustre cette excitation insensée qu’on retrouve chez VLB, chez Foglia et chez trop d’autres, ce délire amnésique qui fait fi de ce qu’est réellement PKP, soit un tyran néolibéral des plus détestables.

Bobos

Bonjour, je suis de gauche. J’aime me présenter comme ça quand je rencontre quelqu’un, d’abord parce qu’il faut bien dire quelque chose, et puis dire « enchanté » me parait fortement prématuré. Ça me prend beaucoup plus qu’un nouveau visage et une poignée de main pour que j’atteigne l’enchantement; j’ai l’enchantement exigeant, j’ai le sourire dispendieux, je suis une joie à conquérir. Et puis surtout c’est vrai, je suis de gauche. Pas par fantaisie, pas par opportunisme, mais parce que je n’ai pas encore trouvé mieux.

J’ai tenté quelques expériences, de l’autre bord de mes convictions, mais sans succès. Je me suis associé brièvement aux préoccupations de mes patrons, j’ai évalué les vertus de l’ordre, du mérite et de la tradition, j’ai essayé de faire fructifier mon argent parce que je le vaux bien, j’ai caressé l’idée du luxe et favorisé mon moi, je me suis réduit l’empathie et j’ai arrêté d’acheter l’Itinéraire, et je suis même allé au spa. En vain. Je suis de gauche comme deux et deux font quatre mais pas tout le temps, je suis de gauche parce que je crois aux forces de l’inutile, je suis de gauche parce que mes rêves ne sont pas sur les tablettes chez Walmart.

J’ai dans mon entourage de vraies personnalités de gauche, très complexantes. À côté, je l’avoue, je ne suis qu’une merde, un gauchiste à temps partiel, un Che Guevara du dimanche. Occupy Wall Street, Printemps Érable, Idle no more, Communauto, Commensal, Pierre Lapointe, commerce de proximité, vélo d’hiver, 1%, Les Inrockuptibles, la pollution, le Mont-Royal, la forêt amazonienne, le Bixi, le Tibet, le gaz de Schiste, la guerre, Jorane, la marche à pied, la poésie … ils sont de gauche, jour et nuit, même le vendredi soir, même à Noël.

Pour quiconque a déjà eu la chance inouïe et aujourd’hui encore sous-estimée de me lire ici ou ailleurs, d’aucuns diront que j’ai, plus souvent qu’à mon tour, embrassé tantôt l’une de ces cause, tantôt l’autre de ces colères, et que je me trouve bien mal placé tout d’un coup. Ce à quoi je vous répondrai: vous avez raison. Mais j’essaie de varier les plaisirs.

Oui il y a un lien idéologique entre le Tibet, les frais de scolarité, et le Bixi. Oui, sans aucun doute. Mais faut-il mettre tout cela dans la même bouche, dans la même idée, toujours, tout le temps?

Les gens de gauche nous nuisent, à nous, gens de gauche. Comme le plaisir devient douleur quand il a par trop longtemps duré, l’indignation fait long feu quand elle est martelée sans fin, et elle prend le trait grossier de la caricature. Je les invite à lâcher prise de temps en temps. Je les invite à me sacrer patience quand je prends mon auto. Je les invite à se relayer dans les manifestations pour éviter de montrer à rire toujours les mêmes gueules révoltées trop faciles à parodier.

Trop d’indignation tue l’indignation. Être de gauche n’est pas un métier, c’est une pensée collective, de plus en plus difficile à articuler tant le propos de la droite populaire est séduisant de simplicité réconfortante. La course au profit s’accélère et un monde inquiétant l’accompagne. Les forces de l’argent glorifient l’individu chaque jour un peu plus, et laissent toujours plus de monde sur le bord de la route. Le temps est à la vigilance, et seul un propos crédible pourra être entendu.

J’invite mes amis de gauche à bouffer du tofu et à pédaler au bio-diesel si ça leur chante, mais discrètement, s’il vous plait. j’invite mes amis de gauche à donner à réfléchir, pas à rire. Ce message m’est aussi adressé.

M’as être un bon gars…

Mon cher budget,

Je t’écris pour te faire part des inquiétudes, non pas d’un de tes plus grands – je fais de mon mieux – mais d’un de tes plus fidèles contributeurs: moi.

D’abord, mon trésor, sache que je ne doute ni de tes intentions, ni de ta bonne morale. Culture et Éducation en hausse, seul le diable, ou Éric Duhaime, pourraient t’en vouloir. Commerce Extérieur en baisse, je trouve ça parfait. Avec les hivers qu’on a, je ne vois vraiment pas la nécessité d’y investir, surtout si c’est pour se les geler. À partir de novembre, je suis de ton bord ma sacoche, vive le commerce intérieur et les Galeries de Terrebonne.

Mieux encore, ma belle petite poche, tu prends soin de nous et tu renfloues la Santé. Ça, sincèrement, c’est vraiment gentil, et je ne peux que t’en remercier. Seul bémol, prends toi juste une petite note pour l’an prochain, si c’était possible que tu débarques plutôt fin octobre que mi-novembre, ça nous épargnerait qu’une volée de trentenaires impubères et montréalais se décorent le sud des narines avec cette conviction menteuse de m’apaiser le cancer.

Merci aussi pour la hausse en Développement Durable, ça a l’air chouette, mais en vrai je sais pas trop ce que ça veut dire, surtout quand tu baisses aux Ressources Naturelles. J’imagine que c’est pour notre bien, mais j’aimerais toutefois te signifier ma réserve à ce sujet.

Si j’ai bien compris, le Développement Durable, c’est répondre aux besoins du présent sans compromettre l’avenir. Écoute mon enveloppe, pardon d’être si brutal, mais je crois que tu fais fausse route. Mais que diable t’es-t’il donc passé par la tête pour t’en être allé, sans me consulter, augmenter le prix de mon vin et de ma cigarette? Je comprends que tu t’inquiètes de la Santé, t’es complètement malade! T’écoutes pas le télé-journal ou quoi? La Bande de Gaza, ça te dit quelque chose? Et bien je vais te le dire clairement mon magot: Gaza, à côté de moi sans tabac, c’est Ricardo, c’est Dora l’exploratrice, c’est Nicola Ciccone.

Tu veux la paix sociale? Ne touche pas à mon mégot avant que je ne sois réduit en cendres.

Et le vin, mon vieux butin, le vin… Comment peux-tu ignorer que c’est lui le vrai Développement Durable? Mieux que de ne pas compromettre l’avenir, il le garantit! Écoute ma fortune, on est entre grands, on se comprend, on va se dire les vraies affaires: si tu veux du Développement Durable, il faut commencer par l’essentiel, c’est à dire garantir le renouvèlement des générations. Et pour renouveler les générations, il faudra bien butiner Monique. Mais comment veux-tu butiner Monique, son jogging et ses cheveux gras sans Beaujolais? En plus maintenant y’a Internet. Tu délires, mon trente sous.

Le vin, le vin encore, ma jolie bourse, surtout celui du vendredi, c’est bien lui le vrai moteur de notre économie. Toutes ces bouteilles qu’on vide pour effacer cinq jours d’absurdité, et qu’on court remplir dès le lendemain, comprends-tu qu’en plus de t’engraisser le bedon, elles nous évitent d’égorger notre patron et ainsi d’être de retour le lundi matin, doux, disponibles et rentables?

Allez, je dois te laisser mon petit cochon. M’as quand même essayer d’être un bon gars, pas d’alcool, pas de tabac…

Mais je te promets rien.

Revoir Yoani Sánchez

Mardi, Cuba a annoncé une très attendue réforme migratoire qui comprend l’abolition du permis de sortie obligatoire, ce qui signifie que désormais, théoriquement, un simple passeport devrait être suffisant aux Cubains pour se rendre à l’étranger. La mesure doit entrer en vigueur le 14 janvier 2013.

Je pense à Yoani Sánchez, la blogueuse dissidente cubaine qui, depuis 2007, au péril de sa liberté, dénonce le régime castriste sur son blogue Generaciòn Y. On retrouve aussi l’essentiel de ses textes écrits de 2007 à début 2010 dans son livre Cuba Libre. Pour le courage de son action dissidente et la force documentaire de ses récits, Yoani a été nommée parmi les cent personnalités les plus influentes au monde par le magazine Times en 2008, et elle a obtenu de nombreux prix et distinctions qu’elle n’a jamais pu venir recevoir, essuyant plus de vingt refus à ce jour à ses demande de sortie du territoire cubain.

Ce matin, Yoani Sánchez réagissait sur Twitter (à l’aide d’un SMS envoyé vers un numéro international depuis son téléphone portable): «Mes amis me disent de ne pas me faire d’illusion, que je suis sur la « liste noire », mais j’essaierai».

L’annonce de cette réforme peut sembler une bonne nouvelle, mais au pays où le salaire mensuel oscille entre trente et cinquante dollars, et où il faut trois mois de salaire pour se payer un ouvre-boîte, cette nouvelle «liberté» risque de demeurer bien théorique pour la majeure partie des Cubains. Par ailleurs, la réforme s’accompagne d’obscures restrictions d’attribution des passeports telles que «des raisons de défense et de sécurité nationale».

On comprend alors la méfiance de Yoani, familière de l’hypocrisie du pouvoir, mais surtout consciente d’être toujours dans sa ligne de mire. Conscience toute fondée puisque le 4 octobre dernier, il y a donc moins de deux semaines, elle était arrêtée à Bayamo par la police cubaine au cours d’une intervention d’intimidation, alors qu’elle s’apprêtait à assister à un procès pour lequel elle voulait faire une couverture journalistique. Elle fut finalement transférée à La Havane, puis libérée le surlendemain. Yoani a publié le récit de sa détention sur le Huffington Post la semaine dernière.

En préambule de Cuba Libre, Yoani Sánchez nous disait: «Chaque personne qui me lit me protège».

En 2010, dans une de ses chroniques, elle raconte qu’un de ses amis dissidents a dans son téléphone, dans le répertoire des brouillons, «pour le protéger des ombres qui l’attendaient en bas de chez moi», un SMS déjà rédigé afin d’avertir en cas d’arrestation. J’ai remonté le fil Twitter de Yoani Sánchez jusqu’au début d’octobre, et le 4, je n’ai pas vu de message d’elle signalant son arrestation. Elle n’en a sans doute pas eu le temps.

En lisant Cuba Libre, j’ai compris que le régime de Castro réforme avec lenteur et cynisme. S’il faut prendre acte des avancées qu’on nous communique, il faut surtout tenter d’en mesurer la part d’illusion, et l’arrestation récente de la blogueuse témoigne qu’au delà de ces annonces au monde, la liberté d’opinion demeure confisquée à Cuba. Aussi nous devons continuer à faire part de beaucoup de vigilance et à ne pas nous laisser endormir par les signaux faibles envoyés par le régime de Raul Castro. En attendant que les actes se conforment aux promesses, pour revoir Yoani, continuons sans relâche de la lire, et donc de la protéger.