Être nominé au gala de l’Adisq : arrangé avec le gars des vues ? hum …

 

Il y a une petite anecdote que je garde pour moi depuis des années, et ce soir, allez savoir pourquoi, je brûle d’envie de vous la partager … Reconnaissez ma gentillesse, une semaine après le Gala, et reconnaissez mon humilité, de ne pas avoir sorti ça il y a huit jours … je suis de même moi, une crème que voulez-vous …

Il y a quelques années, j’étais concepteur dans une agence web, et le mandat m’a été donné de réaliser un site web musical, commandé par une maison de production montréalaise. Projet d’envergure, plusieurs mois ont été nécessaires à cette production.  Et, au tout début du projet, le responsable de la boite de production en question est venu me voir et m’a dit : Faîtes du bon boulot, le site sera nominé à l’Adisq l’année prochaine … pas peut-être ou on espère,  « sera » …

Nominé … un site qui n’existait alors même pas dans ma tête …

Et ce qui devait arriver, arriva … le site en question, assez bon site au demeurant mais rien de transcendant, se retrouva en nomination à l’Adisq dans la catégorie « site web de l’année » ! Il est important de préciser que le site web ne vantait pas la chanteuse, le chanteur ou le groupe de l’heure, loin de là même … un OVNI dans la catégorie …

Rassurez-vous mes bien chers frères, il y a une justice en ce bas monde et nous ne remportâmes pas le prodigieux Félix. Ce fut une très belle soirée qui me permit de reluquer ce don de la nature qu’est Annie Brocoli sur le siège en avant de moi et, accessoirement, qui me permit d’accrocher une jolie médaille à mon CV.

Mais depuis, à chaque automne, je ne peux m’empêcher de m’interroger … Honneur aux petits poulets légitimement élus dans les St-Hubert, mais qui les a mis dans la marmite ?

Janette Bertrand, la référence littéraire au Québec … soupir … sanglot …

Janette Bertrand est en tête des ventes de livres chez Archambault, avec son roman Le Cocon. Dany Laferrière, prix Médicis, auteur d’un roman extraordinaire salué sans équivoque à l’international, est en 7ème position avec son roman L’énigme du retour …
Une de celles qui a castré sa province et défoncé le couple pour des décennies, mamy pop et patronne des descentes de lit, est aujourd’hui la référence littéraire du Québec.

C’est ça être né pour un petit pain, et on ne batît pas de pays sans élite.

Chez Renaud Bray, c’est Astérix qui est en tête …

Occupation Double : ouvrons nos portes aux décérébrés de la TV

Voici une anecdote raportée par un de mes amis dont le frère participait à un 5 à 7 hier soir à Montréal :

Après un apéro partagé dans un bar quelconque, le petit groupe décide d’aller manger, et puisqu’on est soir de Hockey, l’idée de la Cage aux Sports s’impose sans difficulté. Seule inquiétude, on est un petit quart d’heure avant le début du match, et il est peu probable qu’il reste de la place pour un groupe d’une dizaine de personnes.

Un des gars du groupe appelle quand même et demande de la place pour le groupe, et effectivement on lui signifie qu’il n’y a pas de place.

Et là, notre champion insiste : euh, mais on est avec Joe Blow, d’Occupation Double ! Et là, tel Jésus face aux eaux qui s’ouvrent sur son passage, le miracle a lieu … Pas de problème, on va vous arranger ça !

Effectivement, ils étaient en compagnie de Joe Blow, obscure crétin de la cuvée 2009 d’Occupation Double, lamentablement échoué sur les rives de de la République Dominicaine dès la première émission semble-t-il, et prématurément retourné sur le Plateau. Je précise toutefois que le crétinisme de Blow n’est pas dû à une quelconque élimination, je pense que gagner eut été bien pire … j’aurais été là que je lui aurais presque démontré de l’intérêt …

Bref, là n’est pas la question. La question est plutôt :

Si 2mn 30 d’Occupation Double (le temps de se faire dire qu’on est poche par des shapées de Laval en décrochage scolaire) libère une table de 10 à la Cage un soir de match, qu’en est-il quand ta petite gueule passe régulièrement dans le petit écran ?

Et qu’en est-il quand tu t’appelles Labonté, ou que tu es mairesse de Boisbriand ?

Pffff… santé, c’est vendredi.

Edit – 10 nov 2009 – Merci à Claude Dubois d’avoir donné une seconde vie à ce billet …