9 mars


Abusée d’amour-calendrier,
Elle a regardé la veille,
Tout autour d’elle,
S’agiter l’encens malhonnête.

Séquestrée de bonne conscience,
Déesse inventée et temporaire,
Elle l’a laissé, l’heureux,
Étaler le crémage.

Épuisée de politesses,
Se pencher encore,
Sourire pourtant,
Ramasser le confetti frauduleux.

Honorée hier comme on honore un mort,
Encore étourdie de tant d’homélies,
Elle sort de son cercueil,
Et reprend son ouvrage.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s