Faire gueuler la volaille


Un jour, au bout du monde, j’ai eu la chance de vivre une éclipse totale du soleil. Il a fait nuit en plein midi. Nuit noire, pendant quelques instants. Quand la lumière a amorcé son retour, doucement, dans un second lever du jour poétique et improbable, le coq a chanté. Oui, c’est con comme ça un coq. Ça chante même quand tu ouvres le frigo. Et si tu l’ouvres dix fois, il célèbrera autant de fois le jour qui renait, invariablement.

J’ai bien ri ce matin en voyant Turcotte à la une du journal Chose avec un ti bébé sur les genoux. La veille de l’Halloween en plus, c’était presque parfait, moi j’aurais poussé le truc un peu plus loin, allez hop, à la une du 31, le monstre, avec une petite teinte orange… mécanique.

Quoique, ça aurait été bien aussi, à la fête des pères. Hum, à retenir…

Outre une commission qui lasse et une tempête tardive et incertaine, octobre n’a pas livré la marchandise, et le journal Chose, rendu au 29 du mois, n’a de toute évidence pas atteint ses objectifs de vente.

Chez Chose, l’éclipse est totale et permanente, aucun espoir d’y voir un jour la lumière. Par contre on sait très bien comment faire gueuler la volaille émotive, disponible, et tristement prévisible.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s