C’est vous qui me faites peur


Grosse semaine. Ça commence par Eugène, la trentaine un peu paumée, qui part faire un tour de vélo dans les rues de Miami. Coup de chaleur et fringale, deux classiques en cyclisme, surtout quand l’EPO est mal dosée, c’est nu sous un pont qu’on retrouvera sa trace, en train de reprendre des forces. Faute de Gatorade, c’est d’une face de clodo barbu et étourdi qu’il sera surpris en train de se rassasier. Les deux yeux, le nez, il était rendu au dessert quand on l’a abattu devant les caméras de surveillance municipales.

Vous craignez pour le Grand Prix ? Moi c’est le Tour de France qui, tout d’un coup, me stresse.

Ça se poursuit à Montréal, dans le paisible Côte des Neiges. Un concierge un peu trop curieux (on ne l’y reprendra plus), s’enquiert du contenu d’une valise abandonnée au milieu d’autres détritus, et a la douce surprise d’y découvrir … un tronc humain. Simultanément, un petit colis contenant un pied est déballé au siège du Parti Conservateur à Ottawa. Un colis pied-gé, en quelque sorte. Pour finir cette journée décidément placée sous le signe de l’anatomie, c’est une main, également isolée du reste de son propriétaire, qui sera interceptée au centre de tri postal d’Ottawa.

L’enquête progresse vite, et comme le cachet de la poste en fait foi, les deux membres ont été expédiés de Montréal. Très vite, la nouvelle rassurante tombe : le tronc, le pied, la main sont issus de la même personne. Non, il n’y a pas d’épidémie de dépeçage au Québec.

Parenthèse : là, il va vraiment falloir donner un petit break à Gérald. Entre les chaussées qui s’affaissent, les fumigènes dans le métro, les inondations venitiennes, les dépeçages et les anarchistes à la spatule menaçante, Montréal devient aussi difficile à vendre qu’une semaine en tout-inclus en Libye.

L’enquête progresse vite donc, et c’est le jeune Luka Rocco, la trentaine un peu paumée, qui a fait le coup. Aubaine, c’est un acteur porno, on a plein de photos de lui, dont des photos montrables dans le Journal de Montréal.

La semaine se termine tranquillement avec Morgan, dans le Maryland, qui a bouffé le coeur et la cervelle de son coloc, un trentenaire un peu paumé.

Donc, résumons : deux yeux, un nez, un tronc, une main, un pied, un coeur et un peu de cervelle, en moins de 5 jours. On rit bien mais vraiment, c’est épeurant, on est aux confins de l’horreur et du sordide, notre monde est effrayant. Alouette.

Mais je vais être très honnête avec vous : je m’en fous. Trois malades de plus ou de moins, j’ai pas découvert cette semaine qu’il y avait des tarés sur Terre, c’est de toute éternité. Pas de quoi me désoler plus que d’ordinaire, notre humanité a démontré depuis longtemps sa capacité à l’immonde.

On n’a pas (encore) d’images de Morgan festoyant sur son co-locataire dans le Maryland, mais on a une vidéo d’Eugène, à poil pendant sa pause, en train de se restaurer, et une autre de Luka, vraisemblablement en train de désassembler le pauvre étudiant chinois. Vidéos que je ne me sens pas capable de regarder, d’abord parce que j’ai toujours été nul en sciences, mais surtout afin de préserver ce qu’il me reste de santé mentale.

Vous avez été des centaines de milliers sur Internet à chercher, trouver, et regarder ces vidéos. Vous avez été des dizaines à m’y inviter. Pourquoi ? De le savoir ne vous a pas suffit ? Quelle pulsion vous a donc fait peser sur Play ? Quelle satisfaction, pour l’amour, en avez-vous retiré ? Quelle corde, diable, a donc vibré en vous ?

Je ne fréquente pas d’acteurs pornos ontariens, il y a longtemps que j’ai arrêté le vélo, et je n’irai jamais dans le Maryland parce qu’il parait qu’on s’y ennuie beaucoup.

Mais vous, vous me faites peur.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s